Goldman Sachs et Lloyds Banking Group aspirés dans l’enquête sur les manipulations du forex

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Le 6 novembre, Goldman Sachs Group, la plus grande banque d’investissement aux États-Unis et Lloyds Banking Group, une des plus grandes banques de détail au Royaume-Uni, ont été les dernières grandes institutions financières à admettre qu’elles coopèrent avec l’autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA) pour son enquête sur des manipulations du marché des changes.

Des enquêtes sur des manipulations du forex sont en cours dans un certain nombre de pays depuis que la FINMA a annoncé qu’elle avait reçu des allégations de manipulations par de multiples acteurs financiers.

Les investigations semblent se concentrer sur des groupes de discussions dans lesquels des markets makers ont envoyé des messages instantanés sur leurs terminaux Bloomberg. Pendant trois ans, ces groupes de discussion avec des noms tels que “Le Cartel” et “Le Club des Bandits,” les traders des banques auraient échangé des informations avec des concurrents pour exécuter des ordres de trading avant ceux de leurs clients, ils auraient aussi plaisanté au sujet de l’usage de drogues et de leur capacité à manipuler les taux de référence du forex.

Dans son rapport trimestriel déposé auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) le 6 novembre, Goldman Sachs, la puissante banque d’investissement américaine, a ajouté les devises et matières premières à une liste d’enquêtes et d’examens réglementaires relatives à l’activité de l’entreprise.

La liste comprenait des pratiques financières, telles que le respect des règles de la SEC en matière de vente à découvert, le trading algorithmique, la déclaration des transactions, les communications “dans le cadre de l’établissement des taux de référence”, et les délits d’initiés. Goldman Sachs a indiqué qu’elle coopère avec toutes ces enquêtes réglementaires.

Partout dans le monde, les régulateurs des marchés de devises, comme la FCA du Royaume-Uni et les autorités judiciaires américaines (Federal Bureau of Investigation) ont confirmé l’existence de leur propre enquête sur la question. Barclays, HSBC, UBS, Deutsche Bank, JP Morgan, Citigroup et UBS ont tous déjà reconnu les enquêtes, il a été rapporté que certains cambistes ont été suspendus de leur emploi.

Lloyds Banking Group, l’une des principales grandes banques du Royaume-Uni, a annoncé le même jour que Goldman Sachs, qu’elle est consciente qu’un certain nombre d’organismes de réglementation enquêtent sur les opérations de change. Selon le communiqué de la banque, à la suite de ces enquêtes, la direction de la banque a déclaré : “Nous avons ont commencé l’examen de nos transactions sur le forex au cours des dernières années pour détecter d’éventuelles anomalies.”

Les grandes institutions financières avaient déjà été condamnées à payer des amendes de plus de 3,5 milliards de dollars par les régulateurs internationaux, suite à des enquêtes sur des tentatives de manipulation du London Interbank Offered Rate (LIBOR) pour dollar américain, le yen et la livre sterling, et pour tentative de manipulation de l’Euro Interbank Offered Rate (Euribor)…

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »